Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

Bienvenue chez CENTURY 21 Lancastel, Agence immobilière ST DENIS 97400

L'actualité de CENTURY 21 Lancastel

1er sommet de l’innovation dans l’immobilier

Publiée le 24/01/2018

A l’occasion du 1er sommet de l’innovation dans l’immobilier, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, a présenté le « label » Real Estech, qui a pour objectif de fédérer les acteurs de l’immobilier autour des questions d’innovation. 

Le mot d’ordre de Julien Denormandie est clair : il est temps de favoriser les synergies entre les professionnels de l’immobilier. Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires a inauguré le 1er sommet de l’innovation dans l’immobilier ce mardi 23 janvier. C’est dans ce cadre qu’il a présenté le « label » Real Estech, qui a pour mission de fédérer l’ensemble des acteurs de la filière autour de la question de l’innovation. L’organisme rassemble 400 start-ups, qui représentent près de 3 500 emplois.

« Le but de ce label est de créer des initiatives communes, comme des salons ou des rassemblements de professionnels, mais aussi de mettre en relation les start-ups et les grands groupes », amorce Julien Denormandie. C’est aussi l’occasion pour de jeunes pousses de rentrer en contact avec de potentiels financeurs. « Lorsqu’une start-up établie veut lever plusieurs dizaines millions d’euros pour changer d’échelle, elle est obligée de trouver des investisseurs à l’étranger », constate le secrétaire d’Etat.

La rencontre avec de grands pontes du secteur permettrait de remédier à ce problème, selon Julien Denormandie, qui va plus loin. Le secrétaire d’Etat voudrait inciter la création de fonds de taille importante, mais aussi réallouer l’épargne des Français vers le développement des PME et des start-ups. « Grâce à ce type de dispositif, nous pourrions enfin avoir les fonds suffisants pour aider au développement des entreprises. Ce serait aussi l’occasion d’inciter des fonds étrangers à venir s’installer en France », complète le secrétaire d’Etat.

Notre actualité