RĂ©putĂ©s pessimistes, 90% des Français se dĂ©clarent cependant satisfaits de leur – CENTURY 21 Lancastel – Agence immobiliĂšre Ă  ST DENIS
Bienvenue chez CENTURY 21 Lancastel, Agence immobiliĂšre ST DENIS 97400

Réputés pessimistes, 90% des Français se déclarent cependant satisfaits de leur

Publiée le 28/07/2016

RĂ©alisĂ© par l’institut Elabe pour le journal Les Échos, un sondage rĂ©vĂšle – contre toute attente – que les Français sont majoritairement satisfaits de leur habitat, qu’ils soient locataires ou propriĂ©taires. On apprend ainsi que seuls 11% d’entre eux se dĂ©clarent mĂ©contents.

Une satisfaction logiquement répartie.

Le pourcentage d’occupants heureux Ă©volue avec la catĂ©gorie socioprofessionnelle (94% des cadres et seulement 78% des ouvriers/employĂ©s) et l’ñge : 96% des seniors pour 71% des 25-34 ans. Une disparitĂ© somme toute logique Ă  l’image du statut d’occupation puisque 76% des locataires apprĂ©cient leur logement contre 96% des propriĂ©taires. Ce qui ne manque pas de sens car on peut estimer qu’ils ont achetĂ© un bien immobilier qui leur convenait !

 

Des villes Ă  la campagne...

Paradoxe rĂ©vĂ©lĂ© par ce sondage, si neuf personnes interrogĂ©es sur dix s’avouent pleinement satisfaites, elles n’en sont pas moins de 4 sur 10 Ă  envisager de dĂ©mĂ©nager Ă  l’avenir, notamment celles qui habitent les grandes agglomĂ©rations. L’éternel rĂȘve du retour Ă  la campagne, certainement, bien que seuls 48% d’entre elles l’envisagent tandis que 70% des sondĂ©s estiment que la crĂ©ation de nouvelles habitations devrait se faire en pĂ©riphĂ©rie des villes avec des maisons individuelles.

 

La présence de commerces et de services est privilégiée.

En matiĂšre de prĂ©fĂ©rences, les rĂ©ponses se montrent tranchĂ©es ou, Ă  tout le moins, pragmatiques, puisqu’un peu plus de la moitiĂ© des sondĂ©s indique que c’est la prĂ©sence de commerces et de services de proximitĂ© qui compte le plus au moment de choisir leur future acquisition. Et pour un tiers d’entre eux, ils sont prĂȘts Ă  supporter un trajet d’une demi-heure pour se rendre Ă  leur travail (une valeur qui varie sensiblement en Île-de-France oĂč les habitants ont l’habitude des longs parcours).

 

Au-delĂ  de cette cascade de chiffres, ce sondage constitue une mine d’enseignements sur la relation des Français Ă  leur rĂ©sidence principale. Ce dont les responsables de la politique du logement devraient largement s’inspirer mais cela restera, sans nul doute, un vƓu pieux.

Notre actualité