Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

Bienvenue chez CENTURY 21 Lancastel, Agence immobilière ST DENIS 97400

L'actualité de CENTURY 21 Lancastel

Immobilier : une manière ingénieuse d’investir pour sa progéniture

Publiée le 27/03/2017

Quand on cherche à faire un placement sur le long terme, un investissement dont bénéficieront ses petits-enfants, la pierre pourrait être un choix judicieux. La seule contrainte est la gestion.

 

L’acquisition de l’immobilier au nom du mineur

Investir dans l’immobilier, c’est une bonne manière de mettre sa progéniture à l’abri. La loi autorise à acquérir un bien immobilier au nom d’un jeune mineur. Étant donné que le mineur ne peut s’endetter, chaque membre de sa famille, pour ne pas payer les droits, aura effectué au préalable, une donation en respectant les abattements. Une fois qu’il sera devenu majeur, le jeune pourra disposer du bien à sa convenance. Il pourra le vendre, le louer ou l’habiter lui-même. Jean-Michel Boisset, notaire à Caen, précise « Depuis l’ordonnance du 15 octobre 2015, il existe un régime d’administration légale unique. Certaines opérations doivent être soumises à l’autorisation du juge des tutelles. C’est, par exemple, le cas de la vente de gré à gré d’un immeuble ou d’un fonds de commerce d’un mineur ou de la souscription d’un emprunt au nom de ce dernier ».

 

Différents modes de détention au choix

Pour ce qui est de la détention du bien immobilier, elle peut être en direct ou par le biais d’une SCI (Société Civile Immobilière). « Je préconise cette dernière solution, car les statuts peuvent préciser que les parents soient les gérants du bien pendant un temps donné, jusqu’à la majorité du jeune ou au-delà. C’est aussi une façon d’organiser la cession des parts entre soi et la transmission du bien » a expliqué Erwan Grumellon qui a ajouté « Dans la mesure du possible, le mieux est de créer une société civile par enfant afin de simplifier la gestion et, si besoin, sa liquidation ». Une autre manière de procéder est d’investir à son nom tout en prévoyant faire don du bien à son enfant dans le futur. Ainsi, on peut s’endetter et procéder au remboursement du crédit sur plusieurs années. On peut également faire pour ne compte du jeune ou du parent, l’acquisition de parts de SCPI – Société Civile de Placement Immobilier – de rendement. Tout en épargnant les soucis liés à la gestion, ce système permet de percevoir des revenus locatifs réguliers sur la durée. Cependant, il est important de souscrire à un contrat d’assurance vie pour les parts.

Notre actualité