TAUX DE PRÊT IMMOBILIER : VERS UNE HAUSSE RAPIDE ? – CENTURY 21 Lancastel – Agence immobiliùre à ST DENIS
Bienvenue chez CENTURY 21 Lancastel, Agence immobiliĂšre ST DENIS 97400

TAUX DE PRÊT IMMOBILIER : VERS UNE HAUSSE RAPIDE ?

Publiée le 26/02/2018

La tendance haussiĂšre enclenchĂ©e fin 2017 se poursuit en ce dĂ©but 2018. AprĂšs de longs mois de lĂ©gĂšres fluctuations, il semblerait que la barre symbolique des 2 % puisse de nouveau ĂȘtre franchie d’ici le mois de dĂ©cembre. Les futurs emprunteurs doivent-ils se presser pour souscrire Ă  un prĂȘt et bĂ©nĂ©ficier des conditions avantageuses ? Quelles sont les perspectives d’évolution pour la construction immobiliĂšre et les taux de crĂ©dit immobilier ?

Des conditions d’emprunt (encore) avantageuses

Depuis plusieurs mois, les taux du prĂȘt immobilier ne semblent pas avoir de tendance prĂ©cise dĂ©terminĂ©e. Notre baromĂštre des taux le confirme : la stabilitĂ© est le maĂźtre mot. Les prĂȘts immobiliers sur 15 ans affichent, en moyenne, des taux Ă  1,28 % ; Ă  1,48 % pour 20 ans et Ă  1,70 % pour une durĂ©e de 25 ans.

Les conditions d’emprunt devraient donc encore rester Ă  des niveaux raisonnables pendant plusieurs mois. En cas d’une hausse imprĂ©vue, les prix des biens devraient baisser et s’ajuster Ă  la tendance immobiliĂšre. Pas d’inquiĂ©tude Ă  avoir pour les emprunteurs donc. Cependant la barre symbolique des 2 % pourrait ĂȘtre franchie (de nouveau) d’ici la fin de l’annĂ©e.

L’annĂ©e 2018 placĂ©e sous le signe de la renĂ©gociation

Les banques doivent-elles s’ajuster Ă  la tendance de l’OAT et rĂ©hausser leurs tarifs ou bien doivent-elles attendre ? Face Ă  la baisse de production de crĂ©dits, les Ă©tablissements bancaires temporisent.
Ce climat gĂ©nĂ©ral attentiste est dĂ» en partie au recentrement du PTZ et du dispositif Pinel ; en consĂ©quence, la part des primo-accĂ©dants a diminuĂ©. L’accumulation de ces facteurs, combinĂ©e Ă  la concurrence accrue entre les banques, les obligent Ă  conserver des tarifs attractifs et donc Ă  fixer des taux bas.

Cependant, cette situation ne pourra pas persĂ©vĂ©rer de maniĂšre durable. Les banques, lĂ©sĂ©es par la rĂ©siliation annuelle de l’assurance emprunteur validĂ©e au mois de janvier dernier, ont la possibilitĂ© d’augmenter leurs taux afin de se dĂ©gager une marge financiĂšre.

Ces taux du crĂ©dit immobilier orientĂ©s Ă  la hausse pourraient, contrairement aux idĂ©es reçues, ĂȘtre bĂ©nĂ©fiques pour les acheteurs.
En effet, mĂȘme si cela signifie que leur remboursement sera lĂ©gĂšrement plus Ă©levĂ©, les emprunteurs devraient disposer d’une marge de nĂ©gociation plus importante. Celle-ci ne cesse de progresser depuis les trois derniers mois, enregistrant une hausse de 8 %. Des conditions idĂ©ales pour la renĂ©gociation de son prĂȘt immobilier et diminuer ses mensualitĂ©s ou sa durĂ©e de remboursement.
De plus, la rĂ©cente mise en place de l’amendement Bourquin et de la renĂ©gociation annuelle du crĂ©dit immobilier, incite les banques Ă  effectuer des gestes commerciaux envers leurs clients.

 

Notre actualité