Faut-il Acheter avant de vendre ou Inversement ? – CENTURY 21 Lancastel – Agence immobiliùre à ST DENIS
Bienvenue chez CENTURY 21 Lancastel, Agence immobiliĂšre ST DENIS 97400

Faut-il Acheter avant de vendre ou Inversement ?

Publiée le 12/06/2013

CENTURY21 LANCASTEL , Ă  SAINT DENIS , vous informe :

 

 

 

 

 

 

Cette question taraude toutes les personnes propriĂ©taires qui souhaitent revendre pour acheter. Par oĂč commencer? Faut-il logiquement revendre d’abord, pour ĂȘtre sĂ»r(e) de disposer des espĂšces sonnantes et trĂ©buchantes pour acheter. Ou au contraire, faut-il acheter d’abord, histoire de ne pas laisser filer la maison de vos rĂȘves, puis ensuite revendre quitte Ă  prendre un crĂ©dit relais.

 

 

 

En fait, la rĂ©ponse n’est pas si simple. De nombreux paramĂštres doivent ĂȘtre pris en compte avant d’opter pour l’un des deux scĂ©narios. Parfois mĂȘme, vous n’avez pas le choix.

 

L’état du marchĂ© immobilier

 

La conjoncture immobiliĂšre peut influer sur le choix d’une des deux solutions. D’une façon gĂ©nĂ©rale, l’offre et la demande de logements anciens s’équilibrent rarement. Deux cas sont possibles.

 

Premier tableau : un marchĂ© affiche des prix qui stagnent (voire augmentent), du coup les transactions sont rapides. Dans ce cas, l’offre est rare et ne satisfait pas la demande. Le problĂšme n’est pas de cĂ©der, mais de trouver quelque chose Ă  acheter. Dans cet environnement, l’acheteur n’a pas la main. Il dispose d’un choix rĂ©duit et pire peut se faire souffler les biens convoitĂ©s s’il ne rĂ©agit pas assez vite. Dans ce type de conjoncture, il faut acheter rapidement, souvent sans avoir eu le temps de revendre son bien. Certains candidats acquĂ©reurs peuvent rester plusieurs semaines, voir plusieurs mois sans trouver ce qu’ils recherchent.

 

Second tableau : Dans les pĂ©riodes de crise et de dĂ©prime immobiliĂšre, l’offre est supĂ©rieure Ă  la demande. Cette situation a pour consĂ©quence de faire baisser les prix car les biens sur le marchĂ© sont (trop) nombreux. Le problĂšme ici n’est pas d’acheter, mais surtout de vendre son bien. Ce timing est donc crucial.

 

 

 

L’état de vos finances

 

Pour acheter avant de vendre, c’est aussi une question de moyens. Cette question est essentielle. Avez-vous les reins suffisamment solides pour supporter la propriĂ©tĂ© simultanĂ©e de deux biens? Ce cas de figure peut ĂȘtre coĂ»teux surtout si vous remboursez toujours un crĂ©dit pour le bien Ă  vendre et celui que vous venez d’acheter. Outre les prĂȘts Ă  rembourser, vous cumulez toutes les autres dĂ©penses liĂ©es Ă  la propriĂ©tĂ© immobiliĂšre (entretien, taxes d’habitation, impĂŽts locaux, charges de copropriĂ©tĂ©, etc.).

 

 

 

Opter pour un crédit relais

 

Vous comptez sur la vente de votre logement actuel pour financer une partie de votre prochain achat immobilier? Il n’y a jusqu’ici rien de plus normal, c’est mĂȘme d’une logique financiĂšre implacable. Mais, Ă©videmment, rien ne se passe comme prĂ©vu. Tout s’emballe. Vous craquez pour un appartement que vous vous empressez d’acheter, alors que vous avez encore le vĂŽtre sur les bras.

 

Un problĂšme de trĂ©sorerie se pose : comment payer la nouvelle opĂ©ration alors que vous ne disposez pas encore de l’argent retirĂ© de la vente de votre bien? Le crĂ©dit relais, appelĂ© aussi prĂȘt achat revente, est une rĂ©ponse possible Ă  votre besoin ponctuel de trĂ©sorerie. DĂ©terminĂ© par la banque, ce montant est toujours proportionnel Ă  la valeur estimĂ©e du bien que vous avez Ă  vendre. Selon les Ă©tablissements, varie entre 50 % et 70 % de la valeur de ce bien.

 

Exemple : Si le bien a Ă©tĂ© estimĂ© Ă  200 000 euros, la banque peut accorder un crĂ©dit relais Ă  hauteur de 70 %, soit de 140 000 euros (200 000 X 70 %). Le montant du crĂ©dit relais est assimilĂ© Ă  des fonds propres, il est considĂ©rĂ© comme de l’apport personnel. La durĂ©e de ce crĂ©dit est assez courte de quelques semaines ou mois, sans excĂ©der deux ans. Le taux est gĂ©nĂ©ralement le mĂȘme que celui du crĂ©dit principal.

 

Le crĂ©dit relais est une solution utile si vous n’arrivez pas Ă  faire coĂŻncider les opĂ©rations de vente et d’achat.


    Mener de front les deux transactions

 

La situation idĂ©ale consiste Ă  faire coĂŻncider vos deux transactions (vente et achat)  immobiliĂšres. A savoir, signer le mĂȘme jour chez le mĂȘme notaire, la vente du bien, puis quelques heures aprĂšs, l’achat du suivant. Atouts de ce scĂ©nario : il n’y a pas de temps morts, ni de dĂ©penses supplĂ©mentaires. Pas besoin de crĂ©dit relais, puisque vous empochez le produit de votre vente pour payer tout de suite l’autre achat.

Pour faire coĂŻncider ces deux dates, il faut anticiper les Ă©vĂšnements. Un arrangement avec le vendeur ou l’agent immobilier est nĂ©cessaire. La date de signature chez le notaire peut servir de variable d’ajustement. Ce genre de nĂ©gociation est jouable mĂȘme si les compromis de vente n’ont pas Ă©tĂ© signĂ©s le mĂȘme jour, mais Ă  quelques semaines prĂšs.

 

 

Bien sĂ»r avec six mois d’intervalle entre les deux promesses, cet amĂ©nagement n’est pas possible car le prix du bien et les conditions de crĂ©dit peuvent avoir changĂ©. Cette entente est envisageable mais il n’y a aucune obligation.

 

Notre actualité